• la priere "salat"

  •  

    الَّذِينَ هُمْ عَن صَلَاتِهِمْ سَاهُونَفَوَيْلٌ لِّلْمُصَلِّينَ

     4.  Malheur donc, à ceux qui prient 5. tout en négligeant (et retardant) leur Salat,


    فَوَيْلٌ لِّلْمُصَلِّينَ

     4. « Malheur donc, à ceux qui prient »

     قال تعالى " فويل للمصلين الذين هم عن صلاتهم ساهون " قال ابن عباس وغيره يعني المنافقين الذين يصلون في العلانية ولا يصلون في السر ولهذا قال " للمصلين " الذي هم من أهل الصلاة وقد التزموا بها ثم هم عنها ساهون إما عن فعلها بالكلية كما قاله ابن عباس وإما عن فعلها في الوقت المقدر لها شرعا فيخرجها عن وقتها بالكلية كما قاله مسروق وأبو الضحى .

     Allah le Très-Haut a dit : « Malheur donc, à ceux qui prient, tout en négligeant (et retardant) leur Salat, » Ibn Abbâs -radiya Allahu ‘anhu- et d’autres ont dit : « C'est-à-dire les hypocrites, qui font la prière publiquement, et qui ne font pas la prière en privé ». Et c’est pour cela qu’IL a dit : « à ceux qui prient », ils font partie des prieurs, ils s’y tiennent en apparence, mais ils sont négligents à son égard, soit en étant totalement négligeant dans sa pratique, comme l’a dit Ibn ‘Abbas -radiya Allahu ‘anhu-, soit en la retardant en dehors des temps qui lui ont été prescrits par la Législation  comme l’ont dit Masroûq et et Aboû ad-Dhahâ.


    الَّذِينَ هُمْ عَن صَلَاتِهِمْ سَاهُونَ

     5. « tout en négligeant (et retardant) leur Salat, »


    وقال عطاء بن دينار الحمد لله الذي قال " عن صلاتهم ساهون " ولم يقل في صلاتهم ساهون . وإما عن وقتها الأول فيؤخرونها إلى آخره دائما أو غالبا وإما عن أدائها بأركانها وشروطها على الوجه المأمور به . وإما عن الخشوع فيها والتدبر لمعانيها فاللفظ يشمل ذلك كله ولكن من اتصف بشيء من ذلك قسط من هذه الآية ومن اتصف بجميع ذلك فقد تم له نصيبه منها وكمل له النفاق العملي كما ثبت في الصحيحين أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال " تلك صلاة المنافق تلك صلاة المنافق تلك صلاة المنافق يجلس يرقب الشمس إذا كانت بين قرني الشيطان قام فنقر أربعا لا يذكر الله فيها إلا قليلا" فهذا آخر صلاة العصر التي هي الوسطى كما ثبت به النص إلى آخر وقتها وهو وقت كراهة ثم قام إليها فنقرها نقر الغراب لم يطمئن ولا خشع فيها أيضا ولهذا قال " لا يذكر الله فيها إلا قليلا " ولعله إنما حمله على القيام إليها مراءاة الناس لا ابتغاء وجه الله فهو كما إذا لم يصل بالكلية . قال الله تعالى " إن المنافقين يخادعون الله وهو خادعهم وإذا قاموا إلى الصلاة قاموا كسالى يراءون الناس ولا يذكرون الله إلا قليلا ".

     ‘Atâ’ Ibn Dînâr -qu’Allah l’agrée- a dit : « Louange à Allah qui a dit : « tout en négligeant leur Salât » mais n'a pas dit « tout en étant négligents dans leur Salât ». »

    Dans ce cas, ou bien le prieur accomplit sa Salât à la fin de l'heure légale, dans la majorité des cas ou parfois seulement. Ou alors, il s'agit de la négligence dans l'accomplissement de la Salât au niveau de ses piliers et de ses conditions de validité, conformément à ce qui est prescrit.

     Ou enfin, il se peut qu'il s'agisse du manque de concentration et de méditation (dans la Salât). En fait, le verset englobe tous ces sens.

     Aussi, celui qui a une des caractéristiques évoquées par le sens de ce verset tombe sous le coup de sa menace de ce verset.

     Quant à celui qui regroupe toutes ces caractéristiques, alors il se trouve parfaitement visé par ce verset. Il a alors réunies toutes les marques de l’hypocrisie apparente (celle des actes = nifaq al ‘amali)  comme cela est prouvé dans les authentiques (Al Boukhari et Mouslim) où se trouve la parole du Messager d'Allah (salla Allahou ‘aleyhi wa salam) :

     « Celle-là est la prière de l'hypocrite ! Celle-là est la prière de l'hypocrite ! Celle-là est la prière de l'hypocrite ! Il s'assoit en surveillant le soleil, et quand ce dernier se retrouve entre les deux cornes de Satan, (l'hypocrite) se met debout et accomplit les quatre unités de prière précipitamment (littéralement : il picore sa prière) tout en invoquant Allah que très peu. ».

    Il s'agit dans ce hadith de la personne qui retarde, jusqu'au dernier moment la Salât du 'Asr, qui est la Salât médiane, comme le prouvent les textes. Or, c'est un moment détestable (le dernier instant du 'Asr). Ensuite, il se lève pour accomplir sa Salât (en se prosternant) comme le corbeau, quand il picore.

    Il ne s'apaise pas et ne se concentre pas, non plus, dans sa Salât. C'est pour cela qu'il (le Prophète (salla Allahou ‘aleyhi wa salam) a dit: « II n'invoque Allah que très peu ». En outre, il est quasiment sûr que ce qui l'a (l'hypocrite) amené à accomplir la Salât est le fait d'être vu par les gens et non pas la recherche du visage d'Allah. Or, ceci revient à ne pas accomplir la Salât.

     Le Très Haut a dit : « Les hypocrites cherchent à tromper Allah, mais Allah retourne leur tromperie (contre eux-mêmes). Et lorsqu'ils se lèvent pour la Salât, ils se lèvent avec paresse et par ostentation envers les gens. A peine invoquent-ils Allah. » (S.4, V.142)

     Source : « Tafsîr al-Qur’ân al-‘Adhîm » de l’Imâm Ibn Kathîr ad-Dimachqî.

     [1] Ibn Al-Qayyim -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit : « Nous savons que la menace du « Malheur » ne concerne, dans le Coran, qu'exclusivement  les mécréants, comme dans les versets suivants : «  ..Et Malheur aux associateurs qui n'acquittent pas la Zakât et ne croient pas en l'au-delà ! » (Sourate 41 – Veret 6 et 7). « Malheur à tout grand imposteur pécheur ! Il entend les versets d'Allah qu'on lui récite puis persiste dans son orgueil, comme s'il ne les avait jamais entendus. Annonce-lui donc un châtiment douloureux - jusqu'à - Ceux-là auront un châtiment avilissant. » (Sourate 45 – Verset 7 et 9). «  ... Et Malheur aux mécréants, pour un dur châtiment (qu'ils subiront) » (Sourate 14 – Verset 2). En fait, il n'y que deux endroits dans le Coran où " la menace du malheur " n'est pas liée aux mécréants : «  malheur aux fraudeurs » (Sourate 83 – Verset 1) et «  malheur à tout calomniateur diffamateur » (Sourate 104 – Verset 1). » [Ibn Qayyim : « Kitâb Salât wa Houkmou Târkiha »]

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Comment faire
    la priere de consultation
    ( salat al Istikhara ) ?


    Quelque chose ce présente à toi, mais tu ne sait pas quelle décision prendre, car tu ne sait pas si cela est bien ou non, pour toi, donc :

    - Fait ta petite ablution ( woudhou )
    - puis fait deux ra’ka comme la priere du matin, et quand la prière est terminé, tu récite la doua suivante :


    Allâhumma innî astakhîruka bi’ilmika,
    wa astaqdiruka biqudratika,
    wa as-aluka min fadlikal-azim,
    fa’innaka taqdiru wa lâ aqdir,
    wa ta’alamu wa lâ a’alam,
    wa anta ‘allâmul-ghuyûb
    Allâhumma in kunta ta’alamu anna hâdhal-amra ( wa yusammî hâdjatah ) khaïrun lî fî dînî
    wa ma’âshî wa âqibati amrî faqdirhu lî wa yas’sirhu lî thumma bârik lî fîhi,
    wa in kunta ta’alamu anna hâdhal-amra sharrun lî fî dînî wa ma’âshî wa âqibati amrî
    fas’rifhu annî was’rifnî anhu,
    waqdir lî alkhaïra haïthu kâna thumma ardinî bih

    Qui signifie :

    Seigneur Allah, je viens prendre conseil auprès de Ta science et prendre force dans Ta force. Je viens Te demander de Ta générosité infinie. Car Tu es capable et je suis incapable , Tu sais et je ne sais pas et c’est Toi le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Seigneur Allah, si Tu sais que cette affaire est pour moi une source de bien pour ma religion , pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future ( ou il a dit : pour mon présent et pour mon future) , destine le moi facilite-moi sa réalisation et bénis-la moi.Et si tu sais que cette affaire est pour mois une source de mal pour ma religion, pour ma vie d’ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon future ) détourne là de moi et détourne-moi d’elle. Prédestine-moi le bien où il se trouve et inspire moi s’en la satisfaction.

    [ Rapporté par Boukhari. D’autre versions sont citées par at-Tarmidhi, an-Nassaï, Abou Dawoud, Ibn Madja et Ahmad]

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  [url=][/url]

     qu'est ce que la "SUTRA" pendant la priere

    Le Prophète (Bpsl) a dit : « Lorsque l’un d’entre vous prie, qu’il le fasse en face d’une sutra et qu’il s’en rapproche et qu’il ne laisse personne passer entre lui et la sutra ». (Rapporté par Abou Dâwoûd, Ibn Mâdjah et Ibn Khazīmah).
    Ce hadith est un énoncé général de cette sunna qui  consiste à utiliser une sutra lorsque l’on prie, que l’on soit à la mosquée ou chez soi. Cette sunna concerne les hommes et les femmes de la même manière. Beaucoup de fidèles prient sans sutra, se privant ainsi d’une importante sunna.   

     
    Le musulman répète cette sunna plusieurs fois par jour, dans les sunan rawāteb, dans  la prière d’el-doha, et celle de tahiya el-masjed (salutations de la mosquée), et la prière d’el-witr. Les femmes également répètent cette sunna quand elles prient chez elles les cinq prières obligatoires. Dans la prière en groupe, l’imam dirigeant la prière est lui-même une sutra pour les fidèles priant derrière lui.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique